Le projet éolien de l'Érable:

 

Créé en 2009, le Regroupement pour le développement durable des Appalaches estime nécessaire, légitime et vital de s’opposer fermement à l’implantation de mégaprojets éoliens industriels, tant sur le territoire de la MRC de l’Érable qu’à l’échelle des Appalaches.

 

 

 

Communiqué du 10 mars 2011

 
 

 

Projet éolien de L’Érable : Le RDDA demande le respect des conclusions du BAPE


St-Ferdinand, 10 mars 2011 : Une semaine après l’annonce dans les médias régionaux à l’effet que le projet éolien de L’Érable pourrait recevoir l’aval du conseil des ministres, le Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA) continue de croire que le gouvernement ne peut aller de l’avant avec ce projet dont les innombrables impacts négatifs ont maintes fois été démontrés par l’organisme citoyen qui se positionne comme partenaire du gouvernement dans ce dossier. Plus tôt cette semaine, lors du dévoilement du rapport du BAPE sur les gaz de schiste, le ministre de l’Environnement a rappelé l’importance du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, une institution indépendante qui permet d’enquêter, de consulter et de faire la lumière sur les questions environnementales. Le RDDA tiens à rappeler quelques conclusions du rapport 267 concernant le projet éolien de L’Érable :

‐« Le projet fait l’objet d’une controverse dans son milieu d’accueil (…) ainsi que dans des municipalités limitrophes de la MRC des Appalaches et d’Arthabaska. »

‐ « Le territoire est habité de façon extensive ce qui ne permet pas d’éloigner suffisamment les éoliennes des habitations et des routes. »

‐« les éoliennes projetées contribueraient à modifier le milieu de vie de la population du territoire (…) en altérant le paysage ainsi que l’ambiance sonore. »

‐ « Le promoteur a pris le risque d’implanter son projet en milieu rural habité en n’associant pas la population dès les premières étapes de planification. »

‐ « La population résidant dans l’aire d’influence forte du parc éolien proposé aurait dû être davantage associée au développement du projet. »

‐ « Le parc éolien proposé produirait des impacts visuels majeurs qui ne seraient pas restreints aux limites de la MRC de L’Érable, car ils toucheraient également des municipalités voisines situées dans deux autres MRC. »

‐ « L’Agence de la santé et des services sociaux de la Mauricie‐Centre‐du‐Québec estime que le seul respect des critères de bruit du MDDEP, (…), est inadéquat pour évaluer la nuisance que pourraient subir les citoyens riverains des éoliennes.»

« L’Agence recommande des distances séparatrices allant de 800 à 1000 m. (…)»

‐« Par ailleurs, la présence des éoliennes pourrait, éventuellement, avoir une influence négative sur la valeur marchande des résidences, principales ou secondaires, situées à proximité. »

‐ « (…) aucune mesure de compensation particulière n’a été envisagée par le promoteur pour les entreprises touristiques qui pourraient subir des répercussions économiques négatives en raison de la réalisation du projet. »

‐ « Des doutes persistent quant à l’ampleur des retombées économiques du projet, tant pour la période de construction que pour celle de l’exploitation. »

‐ « Sur le plan économique, le parc éolien entrerait en production (…) dans un contexte de surplus d’électricité prévu pendant plusieurs années, et ce, à un coût de revient relativement élevé. »

À ces conclusions dévastatrices pour le projet, ajoutons que deux sondages scientifiques, menés par une firme reconnue, démontrent la nette division des populations concernées quant à ce projet et confirment son inacceptabilité sociale.

Nous continuons de croire au bon sens, aux orientations gouvernementales et aux lois visant l’encadrement du développement éolien, et ce, dans une perspective de développement durable.

Nous exhortons le gouvernement à respecter ses lois et institutions concernant le développement éolien comme il semble maintenant vouloir le faire pour les gaz de schiste.

‐30‐




 

Personne-ressource:

Michel Vachon,

tél : 418 428-9259