Le projet éolien de l'Érable:

 

Créé en 2009, le Regroupement pour le développement durable des Appalaches estime nécessaire, légitime et vital de s’opposer fermement à l’implantation de mégaprojets éoliens industriels, tant sur le territoire de la MRC de l’Érable qu’à l’échelle des Appalaches.

 

 

 

Communiqué du 16 février 2011

 
 

 

Conflit éolien de L’Érable : vent de colère à la MRC


Plessisville, 16 février 2011 : - Une trentaine de citoyens membres du Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA) ont de nouveau envahi la salle du conseil des maires de la MRC de L’Érable.

D’emblée, un citoyen s’est glissé à l’intérieur du cercle formé par la table des maires, provoquant d’abord leur inconfort puis leur colère face à cette intrusion. « C’est ce que ressentent les citoyens face à l’envahissement de leur milieu de vie. L’inconfort du début s’est mué en stress et le stress en colère devant les effets pervers de ce projet industriel en milieu habité. Les maires n’ont qu’eux-mêmes à blâmer pour la crise sociale que l’on connaît. Dès septembre 2005, un groupe de citoyens s’est opposé de façon unanime à tout développement éolien de type industriel, mais la MRC et les maires ont succombé à l’appât du gain. Ils ont signé une entente pour un projet industriel éolien en 2007 sans informer et sans consulter la population, pas même les résidants situés au coeur du parc éolien projeté! Ils n’ont pas tenu compte de la recommandation du gouvernement du Québec de consulter la population dans la planification de tout projet éolien » de commenter M. Michel Vachon, président intérimaire du RDDA.

Devant l’insistance du représentant du RDDA à sermonner les maires sur leurs agissements anti démocratiques et souvent illégaux, le préfet a ajourné l’assemblée et demandé aux policiers d’escorter tous les citoyens vers la sortie.

« Les maires ont signé une entente avec le promoteur qui stipule que : « La MRC et les Municipalités sont tenues de fournir les services suivant les instructions et les directives établies à tout moment par le promoteur». Cela va à l’encontre du rôle des maires : ceux-ci sont redevables devant tous les citoyens et doivent agir dans l’intérêt général et pour le bien commun. Nous demandons au gouvernement du Québec de basculer ce projet en milieu non habité comme cela s’est fait avec le projet de Ste-Luce, déménagé et intégré au projet de la Seigneurie de Beaupré. Notons que ce dernier projet de 131 éoliennes industrielles se fait sans opposition, alors que les résidences les plus proches se situent à au moins 10 km. Nous réitérons notre confiance envers le BAPE. Nous réclamons que le gouvernement du Québec tienne compte des conclusions de la commission d’enquête du BAPE, rapport 267, qui confirment les nombreux impacts négatifs du projet éolien de L’Érable, dont sa nonacceptabilité sociale. Le rapport de la firme de médiation Transfert Environnement et les sondages ont démontré la profonde division sociale causée par le projet » de conclure M. Vachon.


Personne-ressource:

 

Claude Charron,

tél : 418 428-3355,

charron.claude@xplornet.ca