Le projet éolien de l'Érable:

 

Créé en 2009, le Regroupement pour le développement durable des Appalaches estime nécessaire, légitime et vital de s’opposer fermement à l’implantation de mégaprojets éoliens industriels, tant sur le territoire de la MRC de l’Érable qu’à l’échelle des Appalaches.

 

 

 

Communiqué du 20 mars 2011

 
 

 

Conflit éolien de L’Érable : les résidants résistent


Plessisville, 20 mars 2011 : Samedi le 19 mars dernier un défilé d’une centaine de voitures précédées d’une vingtaine de tracteurs a circulé dans les rues de Plessisville avant de se rendre devant les bureaux de la MRC de L’Érable. Organisée par le Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA), cette manifestation se voulait une dénonciation vigoureuse du décret du gouvernement en faveur du projet éolien de L’Érable, annoncé plus tôt cette semaine.

Sur place, plus de 200 personnes ont exprimé leur colère pour le vol et le viol de leur territoire, pour le fait que dès le début leurs élus municipaux ont réglé en secret le sort de toute une région sans même en informer les principaux intéressés; les résidants eux‐mêmes. « En signant avec le promoteur des ententes secrètes pour lui livrer le projet clé en main, les élus se sont placés en flagrant conflit d’intérêts, abdiquant leur rôle de représenter l’ensemble de leurs citoyens. Pire encore, ils ont refusé toutes études indépendantes, tout débat public et même la tenue de référendums tel que recommandé par le BAPE. Nous sommes en présence d’une dictature des pouvoirs publics! Pas question de baisser les bras et de subir une telle injustice » de commenter M. Michel Vachon, président intérimaire du RDDA.

Des représentants de divers groupes citoyens, également opposés à l’implantation forcée d’éoliennes industrielles en milieu habité, sont venus démontrer leur solidarité aux résidants locaux. M. Laurent Lamarre du mouvement Terre Citoyenne, a plaidé vigoureusement en faveur des citoyens lésés. Mme Mireille Bonin a pour sa part dénoncé le projet de 75 éoliennes dans le parc régional du Massif du Sud, un des plus beaux joyaux des Appalaches. Mme Brigitte Schoemans, de St‐Valentin en Montérégie, a expliqué comment son village, réputé pour être le village de l’amour, était devenu le village de la division après l’annonce d’un projet éolien. Elle a louangé les maires de sept municipalités, appuyés par les syndicats locaux de l’UPA, qui se sont levés debout pour contrer toute implantation d’éoliennes industrielles sur leur territoire.

Finalement, le président intérimaire du RDDA, après une adresse enflammée, a brûlé symboliquement toutes les lois et les recommandations qui ont été bafouées ou ignorées depuis l’arrivée des promoteurs éoliens: « À quoi ça sert de produire des guides d’encadrement pour les éoliennes, à quoi sert la Loi sur les élections et référendums, à quoi sert la Loi sur le développement durable, à quoi sert le BAPE? La population a été trompée. Jamais on ne se laissera enfoncer dans la gorge ce projet insensé! Nous réclamons d’urgence un processus référendaire pour les résidants riverains; c’est à eux qu’il appartient de décider de leur milieu de vie, de l’occupation et du développement de leur territoire en accord avec leurs aspirations et leurs valeurs. C’est à eux de décider du legs qu’ils veulent laisser à leurs enfants; pas à des tricheurs, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs » de conclure M. Vachon.



‐30‐




 

Personne-ressource:

Claude Charron,

tél : 418 428-3355