Le projet éolien de l'Érable:

 

Créé en 2009, le Regroupement pour le développement durable des Appalaches estime nécessaire, légitime et vital de s’opposer fermement à l’implantation de mégaprojets éoliens industriels, tant sur le territoire de la MRC de l’Érable qu’à l’échelle des Appalaches.

 

 

La mobilisation citoyenne

 

En octobre 2008, le Comité de citoyens pour une intégration réussie du projet éolien de l'Érable (CIRPÉÉ). Extrêmement préoccupés par le projet éolien tel que mené, ce comité ne s’opposait pas au développement de l’énergie éolienne, mais croyait qu’il devait être réalisé dans le respect du milieu et de la qualité de vie de l’ensemble de la population et ce, dans une perspective de développement durable. Le paysage est d’ailleurs l’une des forces identifiées dans les priorités régionales de la MRC de l’Érable pour 2007-2014 : « la position géographique du territoire et de ses paysages », et le thème qui orne des affiches aux limites du village de Ste-Sophie : « Heureux de partager avec vous notre paysage ».

 

 

Les recommandation du CIRPÉÉ étaient les suivantes :

 

Demande #1 :

Que les éoliennes soient réparties le plus possible sur l’ensemble du territoire des municipalités de la MRC de l’Érable ou même des MRC voisines si nécessaire, là où le potentiel éolien est présent, ce dans le but de limiter les impacts sur le paysage et sur la qualité de vie des citoyennes et des citoyens liés à la concentration des ces mégastructures.

 

Demande #2 :

Que soient réalisées les études de paysages nécessaires à l’insertion réussie des éoliennes, par une firme spécialisée, indépendante du promoteur éolien et payée par la MRC.

 

Demande #3 :

Que soient réalisées les études de son (incluant les infrasons) nécessaires pour que la MRC s’assure d’un espace tampon suffisant entre les éoliennes et les  habitations, particulièrement dans les zones sensibles comme les territoires destinés à des habitations unifamiliales isolées, par une firme spécialisée, indépendante du promoteur éolien et payée par la MRC.

Demande #4 :

Qu’à la lumière des études indépendantes, les municipalités et la MRC établissent des ententes et des règlements relatifs à l’emplacement des éoliennes et au déroulement du projet, dans une perspective de développement durable, qui priorisent le réel respect des citoyennes et des citoyens (milieu et qualité de vie, santé, activités humaines) et l’équité par rapport aux intérêts financiers.

Demande #5 :

Que pour l’ensemble des démarches et travaux réalisés en vue de l’implantation du projet éolien, les municipalités et la MRC informent l’ensemble de la population tout au long du projet, répondent aux questions, la consultent et la rassurent sur leur détermination face à la préservation du milieu et de la qualité de vie. 

 

Que la MRC mandate une personne ou une firme pour :

 

-   S’approprier l’ensemble de la documentation existante sur le développement éolien (orientations gouvernementales, études pertinentes, etc.);

 

-  Conseiller les élus dans leurs démarches, dans la prise de décisions et l’adoption de règlements et de résolutions;

 

-  Rendre disponibles les informations et la documentation (études, ententes, contrats, etc.), sur demande et en organisant entre autres, de manière continue, des rencontres d’information et de consultation, non seulement auprès de groupes ciblés, mais auprès de l’ensemble de la population. 

 

 

 

 

Après avoir insisté pour être représentés au sein d’un comité de suivi et qu’un poste d’observateur leur ait été offert, les membres de l’ex-CIRPÉÉ estiment que, compte tenu du degré d’avancement du projet éolien de l’Érable, ce comité de suivi se reconnaît comme un comité d’implantation du projet, et que la sous-représentativité des résidants, des acteurs récréotouristiques et des microentreprises y est inéquitable et choquante.

 

À défaut d’une réponse favorable à ses demandes, en mai 2009, le Comité de citoyens pour une intégration réussie du projet éolien de l'Érable (CIRPÉÉ) décide de se dissoudre et d’élargir sa base afin de créer une nouvelle entité qui porte le nom de Regroupement pour le développement durable des Appalaches, car ses membres estiment nécessaire, légitime et vital de s’opposer fermement à l’implantation de mégaprojets éoliens industriels, tant sur le territoire de l’Érable qu’à l’échelle des Appalaches.

 

Pour connaître les revendications du Regroupement pour le développement durable des Appalaches, cliquez ici.