Le parc des Moulins obtient le feu vert :

Le gouvernement du Québec fait fi de la contestation dans la région de Thetford Mines et donne son feu vert au projet éolien du parc des Moulins. Le projet éolien de la compagnie 3CI compte 78 éoliennes, dont 36 dans la seule municipalité de Kinnear's Mills.

Un comité de citoyens est toujours devant les tribunaux pour contester la validité des règlements municipaux adoptés pour permettre le projet.

Revue de presse 2010

     
 

 

COMMUNIQUÉ du 10 décembre 2010 : Conflit éolien de L’Érable : les promoteurs tentent d’acheter l’acceptabilité sociale


St-Ferdinand, 10 décembre 2010 : (...) Pour le RDDA ce projet est vicié depuis le tout début; refus de consulter la population, refus de débattre publiquement, refus d’un référendum, refus de tenir des études indépendantes, conflits d’intérêt, ententes secrètes, mensonges et tricheries sur fond de vandalisme et de menaces. « Tout le processus s’est déroulé de façon chaotique et anti-démocratique. Les élus ont entraîné nos communautés dans un bourbier sans fin où règnent la division et le déchirement social. Ils ont adopté des dizaines de résolutions et signé des ententes sans en connaître les conséquences néfastes, au profit d’un petit groupe de propriétaires, qui en majorité n’habitent même pas le secteur touché, et à l’encontre des meilleurs intérêts de la population. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Projet éolien de l'Érable : Les opposants ne décolèrent pas


Radio-Canada, 25 novembre 2010 : Les opposants au projet éolien de l'Érable se sont une fois de plus fait entendre mercredi. Après avoir pris la rue il y a quelques semaines, une trentaine d'entre eux ont pris la parole devant les élus de la MRC de l'Érable en les menaçant d'exiger qu'une enquête soit amorcée dans ce dossier. Le projet éolien, selon eux, continue d'attiser les tensions sociales dans les communautés de la MRC. (...) En plus de contester une décision de la Commission de protection du territoire agricole du Québec, favorable au projet devant le Tribunal administratif du Québec, le regroupement d'opposants veut maintenant exiger des enquêtes formelles dans ce dossier. Selon lui, certains élus ont fait preuve d'un manque d'éthique flagrant en se plaçant en situation de conflit d'intérêts. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

COMMUNIQUÉ du 24 novembre 2010 : Conflit éolien de L’Érable : La MRC de plus en plus isolée


Plessisville, 24 novembre 2010 : Une trentaine de manifestants se sont de nouveau présentés à la séance des maires pour exprimer leur colère face au projet éolien de L’Érable devenu, selon eux, un véritable désastre social. (...) Le préfet ferme les yeux sur la destruction du tissu social et reste insensible à la détresse des gens, il contribue ainsi à la division et à la dégradation de la communauté. (...) Les nombreux conflits d’intérêts et irrégularités qui pèsent sur le projet nous incitent à en saisir la Commission municipale du Québec et même l’escouade Marteau de la Sûreté du Québec. » (...)« L’intégrité du territoire et du paysage, le bien-être physique et mental de la population ne sont pas à vendre pour quelques bouchées de pain. Nous défendons les principes de la Loi sur le développement durable dont celui de l’amélioration de la qualité de vie. Il est urgent de dégager une vision stratégique sur cet enjeu important qu’est l’occupation du territoire au Québec dans une perspective de développement viable. En attendant pas question pour les communautés touchées d’être les cobayes d’une implantation forcée et inacceptable socialement » de conclure le président du RDDA.


 LIRE LA SUITE

 

 

L'éolien n'est pas justifié au Québec


La Presse, 8 novembre 2010 : Si on pousse l'analyse plus loin, l'éolien ne peut pratiquement pas contribuer à l'exportation d'électricité, à moins qu'il n'y ait déjà des surplus en hydro-électricité notamment. La contribution à l'hydraulicité, soit protéger les réserves en eau d'Hydro-Québec, ne peut être, au mieux, que marginale, mais encore là, Hydro-Québec n'a pas de problème d'hydraulicité. On peut même avancer que la conception des barrages et des réservoirs tient compte des variations historiques d'hydraulicité. Alors, pourquoi inventer une solution à coups de milliards à un problème qui n'existe pas?Quant aux coûts de production, il faudrait inclure dans les comparaisons les nombreux coûts cachés d'Hydro-Québec qui ne sont pas imputés à l'éolien? Par exemple, le manque à gagner d'Hydro-Québec pour la non-utilisation de ses actifs, qui sont mis à l'arrêt pour favoriser les éoliennes, doit être aussi porté au débit des éoliennes. Pomme pour pomme, il est fort à parier que l'hydro-électrique en ressortira encore moins coûteux.


 LIRE LA SUITE

 

 

Conflit éolien de L’Érable : Vent de colère sur la 116


Victoriaville, 5 novembre 2010 : Une centaine de citoyens ont crié au gouvernement du Québec leur indignation et leur ras-le-bol de la situation créée par le projet éolien de L’Érable. Un long cortège composé de tracteurs, d’équipements de ferme et de voitures a parcouru les 20 kilomètres qui séparent Plessisville de Victoriaville. C’est devant l’hôtel Victorin que le rassemblement a eu lieu, là même où le Tribunal administratif du Québec (TAQ) tenait une première journée d’audience. (...) En attendant d'accoucher d'une vision stratégique en accord avec les principes fondamentaux du développement durable,les résidants de L'Érable refusent d'être des cobayes et de subir les effets néfastes d'une implantation chaotique et forcée. La tenue d'un référendum devrait être une condition obligatoire à tout projet ayant d'aussi graves conséquences à long terme pour la communauté. » de conclure M.Séguin


 LIRE LA SUITE

 

 

Projet éolien Des Moulins : Journée sombre pour Kinnear’s Mill


St-Ferdinand, 4 novembre 2010 : C’est un choc pour le village historique de Kinnear’s Mills dont la moitié de la population ne voulait pas du projet éolien. Le gouvernement a tout de même décidé d’aller de l’avant en ignorant les opposants présentement devant la Cour Supérieure pour contester la légalité du projet. Le ministre de Affaires municipales, Laurent Lessard, a choisi la municipalité de St-Jean-de-Brébeuf, également située dans le parc projeté, pour donner le feu vert au contesté projet en laissant plusieurs questions sans réponse.. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

La Presse, 2 novembre 2010 : Le Québec doit-il continuer d'investir dans les éoliennes?


La Presse, 2 novembre 2010 : (...) Doit-il en plus continuer de construire des éoliennes? Absolument, estiment les acteurs de cette industrie, qui proposent d'ajouter 8000 mégawatts d'énergie éolienne aux 4000 mégawatts déjà commandés par Hydro-Québec. Il ne faut pas envisager les surplus d'électricité comme un problème, estime Jean-François Nolet, porte-parole pour le Québec de l'Association canadienne de l'énergie éolienne. «C'est plutôt un beau problème. Les surplus peuvent être exportés ou servir à attirer de nouvelles industries aux Québec, explique-t-il. Dans les deux cas, c'est une augmentation de richesse pour le Québec.». (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Radio Canada 1er novembre 2010 : 4000 éoliennes de plus au Québec


Radio-Canada, 1er novembre 2010 : L'industrie éolienne se dit prête à implanter ses machines au nord du 49e parallèle, tel que le propose le gouvernement québécois dans son Plan Nord. « Nous on pense que le plus grand potentiel de développement économique se trouve au nord du 49e parallèle », a dit Nathalie Normandeau, ministre des Ressources naturelles, en marge de la première journée du congrès de cette industrie, qui a lieu à Montréal. La température ne poserait pas de problème dans le Grand Nord québécois, puisqu'on retrouve des éoliennes jusqu'en Antarctique. Les vents y soufflent fort souvent. La distance à parcourir pour transporter les marchandises compliquerait toutefois l'entrée dans ce nouveau territoire. On prévoit construire 4000 éoliennes sur dix ans à partir de 2015 sur le territoire du Québec. C'est sans compter les quelque 2000 autres dont l'implantation est déjà planifiée. Des entreprises privées mènent le bal dans le secteur éolien et revendent l'énergie créée à Hydro-Québec, qui mise beaucoup dans cette énergie propre. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

La Presse 1er novembre 2010 : L'éolien a-t-il du plomb dans la pale?


La Presse, le 1er novembre 2010 : (...) À Saint-Ferdinand et Sainte-Sophie, près de Thetford Mines, la population est divisée au sujet de l'installation de 50 éoliennes par la société espagnole Enerfín Sociedad de Energía. Le rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), rendu public le printemps dernier, était très critique. Surtout par rapport au manque de consultation préalable de la part du promoteur et des autorités locales. Les citoyens se sont déchaînés devant le BAPE: 248 mémoires ont été déposés, un des plus hauts taux de participation de l'histoire de l'organisme. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Communiqué du 22 octobre 2010 : Conflit éolien de L’Érable : MRC et conseillers montrés du doigt!


Plessisville, 22 octobre 2010 : (...) Le conseiller Clermont Tardif s’était mis en situation de conflit d’intérêts direct puisque son contrat avec le promoteur prévoit l’implantation d’éoliennes sur sa propriété. Il a voté pas moins de 20 résolutions en faveur du projet éolien à la municipalité de St-Ferdinand et à la table des maires de la MRC de L’Érable. Plus grave encore, il a piloté le comité des éoliennes chargé d’implanter le projet éolien de L’Érable. Les conseillers Tardif et Blondeau, en violant la loi, s’exposent devant la Cour Supérieure, à être déclarés inhabiles à siéger pour au moins cinq ans. Le RDDA n’entend pas poursuivre ces conseillers en raison des coûts associés à cette démarche. Par souci éthique et par respect envers les citoyens de St-Ferdinand, les conseillers fautifs devraient démissionner sur-le-champ de leur fonction d’élu, croit le RDDA. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Communiqué du 14 octobre 2010 : Projet éolien de l’Érable : Le RDDA demande la démission du préfet de la MRC.


Plessisville, 14 octobre 2010 : (...) À la demande de la MRC, le RDDA avait soumis par écrit la proposition d’établir à deux kilomètres la distance séparant les éoliennes des résidences. « Cette distance séparatrice de deux kilomètres, appuyée par un vaste consensus d’experts et de scientifiques internationaux, s’établit de plus en plus comme la norme mondiale devant régir les centrales d’éoliennes industrielles en milieu habité. Ne même pas faire mention de notre proposition démontre une fois de plus que ce projet est imposé aux citoyens. » selon M.Séguin. (...) La période de questions a exacerbé encore davantage les citoyens présents, ceux-ci reprochant au préfet Langlois ses récents propos à l’effet que « ça va bien comme ça, que les opposants sont là pour chercher le trouble, qu’ils allaient se rallier une fois le projet accepté. » Des propos jugés déplacés et provocateurs. « M. Langlois est totalement déconnecté de la réalité. Les audiences du BAPE ont permis de relever les impacts psycho-sociaux et la tension qui règne dans la communauté. Le sondage d’Impact Recherche en août dernier révèle (...) toute médiation étant impossible tant la position des parties est cristallisée. Le Centre de Santé Arthabaska-Érable a débloqué des ressources supplémentaires (...) Le boycottage des commerces, le retrait des droits de passage aux clubs Quad et Motoneiges, les nombreuse menaces et méfaits à l’endroit des opposants. La brouille entre voisins (...). Le préfet Langlois a perdu tout crédibilité; son intransigeance, son incohérence et son insensibilité dans la gestion du dossier éolien contribuent à aggraver le conflit, c’est pourquoi nous avons demandé sa démission immédiate. » affirme M. Séguin.


 LIRE LA SUITE

 

 

Radio-Canada, 1er novembre 2010 : 4000 éoliennes de plus au Québec


Plessisville, 14 octobre 2010 : (...) À la demande de la MRC, le RDDA avait soumis par écrit la proposition d’établir à deux kilomètres la distance séparant les éoliennes des résidences. « Cette distance séparatrice de deux kilomètres, appuyée par un vaste consensus d’experts et de scientifiques internationaux, s’établit de plus en plus comme la norme mondiale devant régir les centrales d’éoliennes industrielles en milieu habité. Ne même pas faire mention de notre proposition démontre une fois de plus que ce projet est imposé aux citoyens. » selon M.Séguin. (...) La période de questions a exacerbé encore davantage les citoyens présents, ceux-ci reprochant au préfet Langlois ses récents propos à l’effet que « ça va bien comme ça, que les opposants sont là pour chercher le trouble, qu’ils allaient se rallier une fois le projet accepté. » Des propos jugés déplacés et provocateurs. « M. Langlois est totalement déconnecté de la réalité. Les audiences du BAPE ont permis de relever les impacts psycho-sociaux et la tension qui règne dans la communauté. Le sondage d’Impact Recherche en août dernier révèle (...) toute médiation étant impossible tant la position des parties est cristallisée. Le Centre de Santé Arthabaska-Érable a débloqué des ressources supplémentaires (...) Le boycottage des commerces, le retrait des droits de passage aux clubs Quad et Motoneiges, les nombreuse menaces et méfaits à l’endroit des opposants. La brouille entre voisins (...). Le préfet Langlois a perdu tout crédibilité; son intransigeance, son incohérence et son insensibilité dans la gestion du dossier éolien contribuent à aggraver le conflit, c’est pourquoi nous avons demandé sa démission immédiate. » affirme M. Séguin.


 LIRE LA SUITE

 

 

Communiqué du 14 octobre 2010 : Projet éolien de l’Érable : Le RDDA demande la démission du préfet de la MRC.


Plessisville, 14 octobre 2010 : (...) À la demande de la MRC, le RDDA avait soumis par écrit la proposition d’établir à deux kilomètres la distance séparant les éoliennes des résidences. « Cette distance séparatrice de deux kilomètres, appuyée par un vaste consensus d’experts et de scientifiques internationaux, s’établit de plus en plus comme la norme mondiale devant régir les centrales d’éoliennes industrielles en milieu habité. Ne même pas faire mention de notre proposition démontre une fois de plus que ce projet est imposé aux citoyens. » selon M.Séguin. (...) La période de questions a exacerbé encore davantage les citoyens présents, ceux-ci reprochant au préfet Langlois ses récents propos à l’effet que « ça va bien comme ça, que les opposants sont là pour chercher le trouble, qu’ils allaient se rallier une fois le projet accepté. » Des propos jugés déplacés et provocateurs. « M. Langlois est totalement déconnecté de la réalité. Les audiences du BAPE ont permis de relever les impacts psycho-sociaux et la tension qui règne dans la communauté. Le sondage d’Impact Recherche en août dernier révèle (...) toute médiation étant impossible tant la position des parties est cristallisée. Le Centre de Santé Arthabaska-Érable a débloqué des ressources supplémentaires (...) Le boycottage des commerces, le retrait des droits de passage aux clubs Quad et Motoneiges, les nombreuse menaces et méfaits à l’endroit des opposants. La brouille entre voisins (...). Le préfet Langlois a perdu tout crédibilité; son intransigeance, son incohérence et son insensibilité dans la gestion du dossier éolien contribuent à aggraver le conflit, c’est pourquoi nous avons demandé sa démission immédiate. » affirme M. Séguin.


 LIRE LA SUITE

 

 

Le MAMROT sert une mise en garde aux élus de la MRC de l’Érable


La Nouvelle, 14 octobre 2010 : Le Ministère invite fortement tous les élus de la MRC de l’Érable à faire preuve de prudence et à lire ou à relire le Muni-Express du 17 juillet 2007 sur le sujet des conflits d’intérêts liés au développement éolien et a enjoint la MRC de l’Érable à lire, en séance publique du conseil des maires (ce qui a été fait le 13 octobre), l’avis que lui a fait parvenir le sous-ministre Marc Lacroix et de le publier en avis public. (...) Le Ministère a néanmoins rappelé que l’élu qui ne respecte pas les exigences liées à l’article 303 de la Loi sur les élections et les référendums (détaillées dans l’avis) s’expose à être déclaré inhabile à siéger pour une période maximale de cinq ans. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Oui aux éoliennes, non aux motoneiges


La Presse, 13 octobre 2010 : Parce que les clubs de motoneiges et de quads de la région ont donné leur appui au projet de parc éolien d'Enerfin, dans les Bois-Francs, leurs membres sont maintenant interdits de passage sur les terres d'une vingtaine de propriétaires fonciers de la région. La querelle qui empoisonne la vie des résidants des villages de Saint-Ferdinand, Sainte-Sophie et Saint-Pierre-Baptiste depuis plus de deux ans continue de dégénérer. « C'est la seule arme qui nous reste pour se défendre «, explique Yvon Bourque, un des propriétaires du coin très opposés à la construction d'un parc de 50 éoliennes dans leur région. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Gaz de schiste: Les maires ruraux réclament un moratoire


La Terre de chez nous, 11 octobre 2010 : Inquiets des impacts de l’exploitation du gaz de schiste et frustrés d’être confinés au rôle de spectateurs impuissants, les maires ruraux réclament désormais un moratoire sur le développement de cette filière au Québec.(...) Ils ont en effet adopté, à l’unanimité, une résolution qui exige de Québec une loi encadrant cette filière comme préalable à son développement, lors du congrès annuel de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), le 2 octobre 2010. Ils revendiquent aussi d’allonger la durée et d’élargir le mandat du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE).


 LIRE LA SUITE

 

 

Communiqué du 8 octobre 2010 : Projet éolien de l’Érable : Mise en garde aux quadistes et motoneigistes de la région.


Projet éolien de l’Érable : Mise en garde aux quadistes et motoneigistes de la région.

Les représentants d’une vingtaine de propriétaires terriens provenant des municipalités de St-Ferdinand, Ste-Sophie, St-Pierre-Baptiste et Ste-Hélène de Chester, désirent mettre en garde les membres des clubs Motoneigistes du Lac William Inc. et Quad Centre-du-Québec (secteur Érable) en vue de la prochaine saison d’hiver 2010-2011. On se rappellera que ces propriétaires qui s’opposent au projet éolien de l’Érable, ont fait savoir, en juillet par lettre d’avocat, qu’ils retiraient les droits de passage à ces deux clubs qui ont approuvé le projet sans consulter leurs membres et moyennant une subvention du promoteur Enerfin. Alors que ces clubs sont en campagne de souscription, les propriétaires invitent les membres à être prudents avant de se procurer leur laissez-passer et de s’informer auprès de leur organisation respective quant aux alternatives envisagées. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Éoliennes de l’Érable : Des propriétaires menacent d’interdire l’accès aux motoneiges


Courrier Frontenac, 8 octobre 2010 : Bien que des rumeurs aient circulé à l’effet que ce retrait des droits de passage était sans fondement ou ne concernait qu’une ou deux personnes, nous tenons à préciser que nous sommes bien une vingtaine de personnes, que ce nombre est en constante progression et que ce retrait entre en vigueur immédiatement », a expliqué Monsieur Yvon Bourque, un résident mécontent de Sainte-Sophie-d’Halifax dont la propriété sera entourée d’une vingtaine d’éoliennes. « La fermeté de notre décision tient aussi au fait que le promoteur et les dirigeants municipaux ont largement utilisé l’appui de ces deux clubs au projet éolien pour laisser croire que la population était en grande majorité en faveur de l’implantation d’éoliennes industrielles dans la région. Après le refus des clubs de se dissocier du projet éolien, nous n’avions plus d’autres choix que celui de mettre fin aux droits de passage sur nos terres », a-t-il continué. Monsieur Bourque, qui parlait au nom de la vingtaine de propriétaires concernés, a de plus affirmé que c’était avec regrets qu’ils ont pris cette décision.


 LIRE LA SUITE

 

 

Quadistes et motoneigistes : saison compromise dans l’Érable


La Nouvelle, 8 octobre 2010 : Choqués de l’appui que le Club Quad Centre-du-Québec (secteur Érable) et le Club des motoneigistes du Lac William ont offert au projet éolien de l’Érable, une vingtaine de propriétaires terriens provenant des municipalités de Saint-Ferdinand, Sainte-Sophie-d’Halifax, Saint-Pierre-Baptiste et Sainte-Hélène-de-Chester ont décidé de mettre fin aux droits de passage sur leurs terres. (...) M. Marcoux, qui est résidant à Sainte-Sophie-d’Halifax depuis 58 ans, a ajouté qu’il n’en veut pas aux membres de ces clubs qui n’ont pas été consultés pour cette décision mais bien les associations qui les représentent qui récoltent les conséquences de leur geste. «Ils se sont mis les pieds dans les plats en appuyant le projet et ils devront vivre avec leur décision. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Communiqué du 1er octobre 2010 - Projet éolien de L’Érable : le RDDA déçu de l’attitude des maires


St-Ferdinand, 1er octobre 2010 : Le Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA) est très déçu de l’intransigeance des maires à ne pas vouloir tenir un référendum sur le projet éolien de L’Érable. La MRC et les Municipalités, après avoir enfoncé la communauté dans une crise sociale sans précédent qui déchire la population, cèdent leurs responsabilités au gouvernement pour les sortir de l’impasse. Après le rapport du BAPE largement défavorable au projet éolien tant au niveau du processus que dans sa raison d’être, après le sondage effectué par la firme Impact Recherche, confirmant la non acceptabilité sociale du projet alors qu’une majorité de participants ont affirmé être contre, il ressort clairement que les élus ne veulent pas s’engager dans un processus référendaire qu’ils risqueraient de perdre. Cette attitude ne fait qu’ajouter au lourd déficit démocratique qui pèse déjà sur tout ce processus d’imposition du projet éolien. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Green Party of Canada Supports Health Studies on Industrial Wind Turbines


September 30, 2010 : The Green Party of Canada is calling for Health Canada to conduct clinical studies on Industrial Wind Turbine Installations and their health effects on nearby populations. (...) wind turbines should be located at a minimum set-back distance of 1 to 2 kilometres from homes and schools. But research may show that more is required. Ms. Lauten has been deeply involved in the wind farm controversy for over a year. She has toured the wind farms in Shelbourne Ontario, and often attends the informational/ protest meetings held in her riding. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Ce n'était pas une enquête


La Presse, 30 septembre 2010 : Voici la réponse pathétique des pro-éoliens à l'article «Enquête - Les pales de la discorde» du journaliste Jean-Simon Gagné. On remarquera à la fin de l'article que le journaliste a été obligé d'expliquer que les données factuelles contredisent tout ce qu'ils prétendent et que la majorité de la population est contre malgré leurs affirmations. (...) M. Gagné: "Je voulais seulement faire état des divisions que provoque l'arrivée des éoliennes dans la région de Saint-Ferdinand. C'est tout. Comme beaucoup de gens que j'ai rencontrés dans votre coin de pays, vous semblez consacrer beaucoup d'énergie à diaboliser l'autre partie. Je trouve cela un peu triste. (...) Le maire sortant, Donald Langlois, a été réélu avec 651 voix, soit 47,3% des suffrages. Moins que ses deux opposants, qui ont récolté 724 votes (52,7%). Je ne sais pas comment vous faites pour voir derrière ces chiffres un vote favorable aux éoliennes. (...) Celui qui accepte qu'on installe des éoliennes géantes sur ses terres reçoit une rente. Mais ses voisins, qui n'ont rien demandé, doivent subir eux aussi les inconvénients. On joue la retraite des uns contre la tranquillité des autres. Le mode de vie de l'un contre les revenus de l'autre."


 LIRE LA SUITE

 

 

Éoliennes de l’Érable : Saint-Ferdinand dit non au référendum


Courrier Frontenac, 28 septembre 2010 : Le maire de Saint-Ferdinand et préfet de la MRC de l’Érable, Monsieur Donald Langlois, n’entend pas tenir de référendum sur la question éolienne. Selon Monsieur Langlois, le gouvernement a tous les éléments en main pour prendre une décision sur ce dossier, et il n’appartient pas à la municipalité de décider à sa place. (...) On ne veut pas aller en référendum tant et aussi longtemps que les ministres n’ont pas pris de décision », a-t-il mentionné en entrevue téléphonique au Courrier Frontenac. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Communiqué du 24 septembre 2010 : Le RDDA réclame un référendum


L'Avenir, 24 septembre 2010 : Le Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA) demande la tenue de référendums afin de dénouer l’impasse dans laquelle se trouve le projet éolien de L’Érable. Tenus simultanément dans chacune des trois municipalités touchées par le projet éolien, les référendums seraient précédés d’une campagne référendaire dont les modalités seraient soumises à la Loi sur les élections et les référendums. (...) Mais devant l’intransigeance des élus qui, liés au promoteur par contrat, ont redoublé d’ardeur pour faire la promotion du projet, se plaçant en flagrant conflit d’intérêts; devant un promoteur qui continue «d’acheter » la faveur populaire à coup de subventions et qui a engagé pas moins de cinq lobbyistes professionnels pour influencer les décideurs gouvernementaux; devant les hésitations du gouvernement à basculer ailleurs un projet inacceptable socialement ici, le RDDA se dit prêt à aller en référendum. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Le RDDA réclame un référendum


L'Avenir, 24 septembre 2010 : Le Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA) demande la tenue de référendums afin de dénouer l’impasse dans laquelle se trouve le projet éolien de l’Érable. (...) «Nous souhaitons que les municipalités seront responsables et à l’écoute de leur population et qu’elles respecteront ses choix». «Nous voulons que les citoyens soient entendus et qu’on arrête de banaliser les gens qui s’opposent au projet qui ne seraient qu’un petit groupe», de faire savoir M. Séguin.(...)Les représentants du RDDA ont rappelé que les conclusions du rapport du BAPE sur le projet éolien de l’Érable sont largement défavorables au projet et suffiraient au gouvernement pour retirer le projet et le faire basculer en milieu non habité. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Éoliennes de l’Érable : Le RDDA exige un référendum


L'Avenir, 24 septembre 2010 : (...) Le RDDA a également exprimé son inquiétude face aux liens qu’entretiendraient les élus municipaux et la MRC de l’Érable avec Éoliennes de l’Érable et Enerfin : « On sait qu’à l’heure actuelle, beaucoup d’appuis ont été accordés avec des subventions. Quand on entre dans un processus de référendum, il faut que ce soit clair que ce ne sera pas l’argent qui fera la différence », mentionne le vice-président, en précisant qu’Éoliennes de l’Érable avait engagé cinq lobbyistes pour faire avancer son projet, ce qui peut effectivement être constaté au Registre des lobbyistes du Québec. « Ils n’ont pas d’arguments, alors c’est l’argent qui fait le travail », a-t-il poursuivi.


 LIRE LA SUITE

 

 

Le RDDA demande la démission du préfet de la MRC.


Lettre ouverte, le 23 septembre 2010 : (...) Nous vous rappelons que la firme engagée par la MRC, sans l’accord du RDDA ou d’autres parties, a comme mandat d’effectuer une étude de pré faisabilité dont le rapport final n’est pas encore déposé! Alors de quelle médiation parlez-vous? De quelle réconciliation s’agit-il alors que la MRC accélère par diverses actions la promotion du projet éolien en vertu du protocole d’entente qu’elle a signé avec le promoteur en juillet 2009? Étant assujetti au promoteur, la MRC se place donc en conflit d’intérêt et manque à son rôle de représenter équitablement tous les citoyens et d’œuvrer dans l’intérêt général et pour le bien commun. Ce manque d’éthique et de respect des dirigeants de la MRC de L’Érable envers la population qu’ils devraient desservir trouve son écho chez le promoteur Enerfin qui intensifie ses activités de lobbying et de griffonnage de chèques aux organismes locaux pour « acheter » la faveur populaire. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Ils plaident pourt la réussite du projet


L'Avenir, 22 septembre 2010 : [Comme c'est le cas chaque semaine, les internautes du www.lanouvelle.net ont le privilège de voir la une de L'Avenir de l'Érable. Pour avoir accès à la page frontispice de votre journal hebdomadaire du 22 septembre, il suffit de cliquer sur la photo.] (Nota Bene: Il n'y a que la photo, je n'arrive pas à accéder à l'article en ligne, mais j'ai laissé commentaires éloquents et questions sur celui-ci sur cette page puisqu'on l'a tous lu dans la région.)


 LIRE LA SUITE

 

 

Le maire Fortier ne servira pas de bouc émissaire


L'Avenir, 22 septembre 2010 : (...) Le maire de Princeville, Gilles Fortier, n’entend pas servir de bouc émissaire dans le dossier du Parc éolien de l’Érable. Celui-ci a réagi aux plaintes formulées à son égard à la Commission de droits et libertés de la personne ainsi qu’à la Direction régionale des Affaires municipales par des citoyens et membres du Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA) à la suite de propos qu’il a écrits dans son «communiqué du maire» paru dans L’Avenir de l’Érable. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Propos du maire de Princeville : des citoyens demandent réparation


L'Avenir, 17 septembre 2010 : (...) Dans son communiqué du maire paru dans le journal L’Avenir de l’Érable du 11 août dernier, Gilles Fortier, maire de Princeville, a qualifié les opposants au projet éolien de l’Érable de gens ayant un problème parce qu’ils ont peur et ne peuvent accepter le changement et que «seuls ne changent jamais ceux qui sont enfermés dans les asiles et ceux qui reposent dans les cimetières». (...) Selon le sondage de la firme Impact Recherche effectué en août 2010 à Saint-Ferdinand et Sainte-Sophie, 44% des gens sondés sont contre le projet éolien et 41% y sont favorables. Le maire Fortier a donc insulté une large partie de la population concernée par le projet éolien de l’Érable » de commenter Pierre Séguin, président du Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA). (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Les cobayes de Saint-Léandre (Le Soleil)


St-Léandre, 12 septembre 2010 : (...) L'automne dernier, sans qu'elle ait un mot à dire, cinq éoliennes ont surgi sur les terres de ses voisins, tout près de chez elle. Et sa vie paisible a basculé. C'est vrai, Mme Soucy avait eu vent de l'affaire. Elle s'attendait au pire. Mais la réalité a dépassé ses pires cauchemars. Aujourd'hui, sa petite maison bleue est cernée par des éoliennes de 120 mètres de hauteur, soit l'équivalent d'immeubles de 40 étages. Impossible de leur échapper. (...) En temps ordinaire, le bruit ressemble à celui d'un avion à réaction qui passe très haut dans le ciel. Mais selon la force et la direction des vents, il augmente parfois en intensité. La nuit, quand il vente un peu fort, elle doit fermer les fenêtres pour dormir tranquille. À quoi bon insister? Le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs a décrété que c'était impossible. Un document du Ministère compare même le bruit généré par une éolienne de 1,5 MW à 500 mètres de distance à celui d'une... bibliothèque. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Éoliennes: la bataille de Saint-Ferdinand


St-Ferdinand, 27 août 2010 : (Québec) Dans la région de Saint-Ferdinand, la première éolienne ne sera pas érigée avant l'an prochain. Mais déjà, rien n'est plus comme avant. L'arrivée de 50 éoliennes divise les voisins. Elle empoisonne la vie municipale. Elle menace même de saper l'économie locale. Portrait d'une lutte fratricide... (...) Pas moins de 79 % des citoyens estiment que le projet a divisé leur communauté. À peine 5 % jugent qu'il a contribué à l'unir. Cinq pour cent, c'est moins que la proportion de Québécois qui croient que le chanteur Elvis Presley est toujours vivant...


 LIRE LA SUITE

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : Projet éolien de L’Érable : absence d’acceptabilité sociale.


St-Ferdinand, 27 août 2010 : Le Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA) a dévoilé les résultats d’un sondage visant à évaluer l’opinion de la population touchée par le projet éolien de L’Érable. Effectué au mois d’août par la firme Impact Recherche, affiliée au Groupe Cossette Communication, les résultats démontrent que 44% des gens sont défavorables au projet contre 41% qui y sont favorables. À Ste-Sophie, une majorité se dit contre ce projet, soit 53 %, alors que 39 % sont en faveur. (...) Le sondage mesure également jusqu’à quel point les gens s’opposent au projet ou le supportent. Ainsi, 82% des personnes défavorables seraient en colère ou très en colère si le gouvernement devait autoriser le projet; cette proportion chute à 38% chez ceux favorables au projet si le gouvernement n’autorisait pas le projet. Finalement le sondage démontre que 79% des gens croient que le projet a divisé la communauté contre 5% seulement qui croient que le projet a uni la communauté. (...)


 LIRE LA SUITE

 

 

Pierre Foglia, Les Valises.


Pierre Foglia, La Presse, le 2 septembre 2010. : Bon, c'est réglé, le gaz de schiste. On s'inquiétait pour rien, finalement. Pas de moratoire qui pénaliserait indûment l'industrie gazière, mais une étude du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement, qui fera rapport dans cinq mois. C'est merveilleux, non? L'exploration continue pleins gaz, si j'ose dire: les tours de forage, l'eau pour le forage (jusqu'à 40 camions d'eau par jour dans l'un des sites que j'ai visités), les produits chimiques qu'on mélange à cette eau pour fracturer la roche, le bruit des génératrices qu'on entend à un demi-kilomètre, la voisine d'en face, qui tient une garderie (je n'invente rien), qui avait l'impression d'avoir un 7/47 qui décollait dans sa cour quand ils relâchaient la pression du gaz... Mais bon, ça dure juste trois minutes, et c'est juste trois ou quatre fois par jour. Et en même temps, EN MÊME TEMPS - c'est là le merveilleux de la chose -, en même temps, le BAPE. (...)


 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Absence d’acceptabilité sociale clame le RDDA


La Nouvelle, 27 août 2010 : Fort de l’appui du résultat d’un sondage mené par la firme Impact Recherche, affiliée au Groupe Cossette Communication, le Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA) demande au gouvernement du Québec de ne pas autoriser le projet éolien de l’Érable. (...) Les résultats démontrent que 44% des gens sont défavorables au projet contre 41% qui y sont favorables. À Saint-Ferdinand, les opinions sont partagées à 42% en faveur et 42% contre alors qu’à Sainte-Sophie, 53% des répondants se sont exprimés contre le projet contre 38% en faveur de celui-ci. Le sondage mesure également jusqu’à quel point les gens s’opposent au projet ou le supportent. Ainsi, 82% des personnes défavorables seraient en colère ou très en colère si le gouvernement devait autoriser le projet; cette proportion chute à 38% chez ceux favorables au projet si le gouvernement n’autorisait pas le projet. Finalement, le sondage démontre que 79% des gens croient que le projet a divisé la communauté contre 5% seulement qui croient que le projet a uni la communauté. (...)


 

 LIRE LA SUITE

 

 

COMMUNIQUÉ du 19 août 2010


Plessisville, 19 août 2010 : (...) À la période de questions, d’entrée de jeu M. Pierre Séguin, président du RDDA, a fait état d’une série d’articles publiés récemment dans le Journal de Montréal décrivant les nombreux impacts négatifs que subissent plusieurs résidants de la Gaspésie vivant à proximité d’éoliennes géantes. Brandissant la une du 8 août dernier « L’enfer sous les éoliennes » M. Séguin a demandé si c’était ce que souhaitaient les maires pour leurs citoyens. (...) Le maire de Princeville, M. Gilles Fortier, a refusé de s’excuser pour les propos tenus dans le journal l’Avenir de L’Érable à savoir que ceux qui résistent aux changements sont tels ceux qui peuplent les asiles ou reposent dans les cimetières. (...) « C’est notre lot depuis que le promoteur Enerfin a mis les pieds dans notre région, nous sommes en état de siège et plus que jamais déterminés à empêcher cette néfaste implantation industrielle en milieu habité. Il faut apprendre de ce qui s’est fait en Gaspésie. Nous ne voulons pas faire la une du journal dans deux ans; les éoliennes projetées sont encore plus imposantes et le territoire habité de façon beaucoup plus extensive ici dans L’Érable. Tous doivent lire ou relire le rapport du BAPE, il s’agit véritablement d’une « Chronique d’une catastrophe annoncée » de conclure M.Séguin. (...)


 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Les éoliennes bouleversent des vies


Journal de Montréal, 8 août 2010 : (...) Pendant 57 ans, M. Caron et sa conjointe, Thérèse Gaudreau, ont joui d'une qualité de vie « excellente», sur le rang de la Montagne. Mais quand la Northland Power s'est mise à faire tourner des virevents hauts comme des édifices édifices de 20 étages, à quelques centaines de mètres de leur demeure, en novembre 2009, tout a basculé. «Si le vent est nord ou nord-ouest, c'est impossible de dormir les fenêtres ouvertes, dit Richard Caron. Et avec l'ombrage que ça projette, à cause du soleil, on devient étourdi si on passe du temps dans la cour. » (...) «Ça faisait un grondement sourd comme un avion à réaction, explique-t-il. Dans la maison, les cordes de guitares vibraient toutes seules.» (...) Les ombrages géants observés par ses voisins le dérangent aussi. «On a l'impression que ça flashe tout le temps quand ça tourne à l'heure du souper», déplore-t-il. (...)


 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

La prochaine peste - Pierre Foglia


La Presse, 7 août 2010 : (...) Mais voilà maintenant qu'on vole votre bien le plus précieux, qui n'est pas votre chaîne stéréo, ni votre bécyk. Votre bien le plus précieux, après la santé, après vos enfants (parfois avant), c'est votre tranquillité, votre sérénité, cet espace sacré où vous vous retirez tous les jours, votre maison, votre cour. Or voilà que cet espace sacré est envahi par une présence monstrueuse qui bouche votre horizon, une éolienne. (...) Puisque vous comprenez toujours mieux avec des chiffres: votre maison qui valait 400 000$ n'en vaut plus que la moitié, vous venez de vous faire voler 200 000$; mais pour ce vol-là, aucune assurance. Excusez la brutalité de l'image, vous venez de vous faire enculer pas de vaseline ni rien, et tout le monde s'en fout. (...)


 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Communiqué du 6 août 2010 - Intimidations et mensonges


St-Ferdinand, 6 août 2010 : Le RDDA a appris de source sûre qu’un maire dans la MRC de L’Érable a confié savoir que la ministre avait accepté le projet éolien de L’Érable mais qu’elle ne voulait pas le rendre public pour l’instant, que la MRC et le promoteur étaient au courant de cette acceptation et que la ministre n’avait pas à tenir compte du BAPE parce que ses recommandations n’étaient pas applicables. Le RDDA a aussi appris que le promoteur Enerfin agissait comme si le projet éolien était un fait accompli, n’émettant aucune réserve dans l’émission de ses appels d’offres, certains entrepreneurs sous l’impression que le projet était bel et bien accepté et croyant pouvoir compter sur des contrats assurés.(...) « Nous déplorons ces agissements où on cherche à enfoncer dans la gorge des citoyens un projet qui est de plus en plus contesté. Cette façon de faire ne fait qu’envenimer une situation déjà extrêmement tendue. Ces comportements dénotent un grave manque de respect et d’éthique envers les citoyens et devraient être sévèrement sanctionnés.  (...)


 

 LIRE LA SUITE




Communiqué du 2 août 2010 - Projet éolien de L’Érable: Le RDDA peu surpris de la décision de la CPTAQ.

 

St-Ferdinand, 2 août 2010 : Le Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA) n’est pas surpris de la décision finale rendue publique par la Commission de protection du territoire agricole du Québec favorisant l’implantation industrielle du projet éolien de L’Érable. Le RDDA cite la CPTAQ : « La responsabilité de la Commission est d’appliquer la Loi sur la protection du territoire agricole, elle n’a pas à juger de la pertinence du projet éolien, pas plus qu’elle ne peut étudier les conséquences du projet sur le paysage ou la qualité de vie des résidants ou sur l’environnement en général, ces questions n’étant pas de sa responsabilité ». De plus, la CPTAQ souligne que la Loi sur la protection du territoire agricole n’est pas assujettie à la Loi sur le développement durable, une grave lacune selon le RDDA.


 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Communiqué du 30 juillet 2010 - Le RDDA persiste et signe : les activités de Quad et motoneige menacées dans l’Érable


St-Ferdinand, 30 juillet 2010 : Le Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA) réitère la menace qui pèse sur les activités de Quad et motoneige dans la région de l’Érable. En effet le groupe de propriétaires à l’origine de cette action a fait parvenir par courrier recommandé une lettre d’avocat aux dirigeants des clubs Quad (secteur St-Ferdinand) et de motoneigistes du Lac William. Cette lettre confirme leur intention de retirer les droits d’accès à leurs terres au moment jugé opportun. Le RDDA a reçu copie de ces documents. Ces propriétaires s’opposent à l’implantation de ce projet de 50 éoliennes industrielles en milieu habité et sont choqués des agissements des clubs quad et de motoneige qui ont donné leur appui au projet sans consulter leurs membres et moyennant une subvention du promoteur Enerfin. (...)


 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Communiqué du 15 juillet 2010 - Le projet éolien de L’Érable menace des entreprises récréo touristiques selon l’AEQ

 

Plessisville, 27 juin 2010: Inquiet pour la survie de plusieurs entreprises en écotourisme du territoire de la MRC de L’Érable, M. Pierre Hersberger, président de l’association Aventure d’Écotourisme Québec (AEQ) s’est adressé directement aux ministres Line Beauchamp (MDDEP), Nathalie Normandeau (MRF), Laurent Lessard (MAMROT) et Nicole Ménard (Tourisme Qc) pour leur faire part de ses inquiétudes. (...) Sans être contre le développement éolien, M. Hersberger se dit préoccupé par la façon dont ce développement s’exécute présentement et il ajoute : « À la lecture du rapport du BAPE, les constats et avis sont clairs, le bon sens commande d’abandonner ce projet, et ce, dans les plus brefs délais, sinon préparez-vous à comptabiliser les pertes, les reculs et les conflits.»


 

 LIRE LA SUITE

 

 

Projets éoliens : Encore quelques semaines d’attente

 

Thetford Mines, 8 Juillet 2010 : La réponse du gouvernement du Québec en ce qui a trait aux projets des parcs éoliens Des Moulins et de L’Érable devrait être rendue publique au début du mois d’août, contrairement à la rumeur qui voulait que cette décision soit rendue au cours des prochaines heures.La réponse du gouvernement du Québec en ce qui a trait aux projets des parcs éoliens Des Moulins et de L’Érable devrait être rendue publique au début du mois d’août, contrairement à la rumeur qui voulait que cette décision soit rendue au cours des prochaines heures. (...) C’est ce que nous a déclaré le ministre des Affaires municipales et député de Frontenac, M. Laurent Lessard. Le ministre a signalé qu’une décision positive a été prise hier pour un parc éolien situé en Gaspésie.


 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Québec, 9 juillet 2010 - Hydro nage dans les surplus... d'énergie

 

Des documents déposés devant la Régie de l'énergie confirment l'ampleur des excédents. Le Soleil les a consultés au moment où Hydro affirme son intention d'ajouter de forts volumes à sa banque d'énergie, en signant des nouveaux contrats pour de petites centrales hydroélectriques et des parcs éoliens. (...) Le 15 juin, Hydro a adressé une requête à la Régie pour suspendre «la production d'électricité de la centrale Bécancour pour l'année 2011». Ce n'est pas une décision surprenante. Les installations, dont la capacité de production est de 507 MW, n'ont pas tourné depuis 2007. (...)


 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

 

Tribune Libre : Éoliennes de l’Érable, un boulet pour notre économie

 

L’éolien industriel tel qu’il est développé présentement, par le privé, est déjà et sera dans l’avenir un boulet économique pour les finances du Québec. Rentable l’éolien? Alors pourquoi les libéraux de Jean Charest on fait un cadeau de 30 millions aux compagnies privées du «vent» dans le dernier budget. Et de l’autre main, ils imposent une taxe santé!. (...) Toutes les études universitaires que j’ai consultées arrivent à la même conclusion : l’éolien industriel serait rentable seulement s’il était développé par Hydro-Québec, notre entreprise publique. Les compagnies privées récoltent les profits plutôt que les Québécois et quand la compagnie est espagnole, les profits partent pour l’Espagne. Le développement éolien industriel privé nous coûtera très cher, à tous les Québécois, car nous seront obligés d’acheter de l’électricité, dont nous n’avons pas besoin, à 10/12¢ le kW et ce prix augmentera parce que les prix seront indexés chaque année. (...)


 

 LIRE LA SUITE

 

Le projet éolien de l’Érable menace des entreprises récréotouristiques

 

Certaines entreprises en tourisme d’aventure et en écotourisme du Québec œuvrant sur ce territoire n’ont jamais été consultées lors de la phase de planification de l’implantation du parc industriel éolien. Aujourd’hui, certaines d’entre elles sont menacées de fermer leur opération pour la prochaine saison étant donné l’impact d’un projet éolien sur le territoire. La Nouvelle, 2 juillet 2010.


 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Solidarité du RDDA - La Nouvelle, 25 Juin 2010.

 

C’est à l ‘occasion de la journée nationale des autochtones, coïncidant avec le solstice d’été, que les propriétaires du Ranch du Massif du Sud, eux-mêmes métis, ont accueilli plusieurs représentants de mouvements citoyens luttant pour éviter l’implantation d’éoliennes industrielles en milieu habité. (...) Pour ce qui est du projet éolien de l’Érable, la conclusion du BAPE est claire et sans équivoque : «Le territoire est habité de façon extensive, ce qui ne permet pas d’éloigner suffisamment les éoliennes des habitations». «Il faudra nous passer sur le corps», de conclure M. Séguin.


 

 LIRE LA SUITE

 

 

Communiqué du 21 juin 2010 - Projets éoliens industriels en milieu habité : Rassemblement important au Massif du Sud, dans Chaudières-Appalaches

 

St-Philémon, Massif du Sud, 21 juin 2010 : C’est à l ‘occasion de la journée nationale des autochtones, coïncidant avec le solstice d’été, que les propriétaires du Ranch du Massif du Sud, eux-mêmes métis, ont accueilli plusieurs représentants de mouvements citoyens luttant pour éviter l’implantation d’éoliennes industrielles en milieu habité. (...) Une résidante de l’Ontario, Barbara Allison de la région de Melancthon, a raconté l’enfer qu’elle et sa famille ont vécu dès le premier jour où les éoliennes ont commencé à tourner : maux de tête, vertiges, étourdissements, manque de sommeil à cause du bruit, etc. Après sept mois, ils ont été contraints de déménager, l’endroit étant devenu invivable; la résidence, quant à elle, demeure toujours invendable. (...) « Ce que l’on retient de cette journée, c’est notre détermination à empêcher tout projet éolien industriel en milieu habité. Pour ce qui est du projet éolien de l’Érable, la conclusion du BAPE est claire et sans équivoque : « Le territoire est habité de façon extensive, ce qui ne permet pas d’éloigner suffisamment les éoliennes des habitations ». Il faudra nous passer sur le corps » de conclure monsieur Séguin.


 

 LIRE LA SUITE

 

 

Communiqué du 17 juin 2010 - Projet éolien de l’Érable : Tumulte à la séance des maires de la MRC

 

Plessisville, le 17 juin 2010 : (...) C’est au milieu d’un vacarme assourdissant que les maires ont été accueillis par les manifestants. (...) « Il n’y a rien de positif dans ce projet, sauf pour quelques propriétaires qui accueilleraient des éoliennes, et dont 80% n’habitent pas la zone projetée. Et cela au détriment du plus grand nombre qui en subirait les nombreux impacts négatifs. Projet positif pour le promoteur, Énerfin, qui salive en pensant aux profits à réaliser et ramener en Espagne, à même les poches des contribuables québécois qui vont subventionner cette énergie largement déficitaire. (...) Le RDDA, fort d’un très large appui des populations visées, et conforté par les conclusions du BAPE, réitère sa demande au conseil des ministres de retirer ou de relocaliser tout projet d’implantation d’éoliennes industrielles en milieu habité. La conclusion du rapport d’enquête du BAPE est claire et sans équivoque: « Le territoire est habité de façon extensive, ce qui ne permet pas d’éloigner suffisamment les éoliennes des habitations et des routes ». p.109


 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Communiqué du 10 juin 2010 - Projet éolien de l’Érable : Énerfin tente de sauver son projet

 

St-Ferdinand, 10 juin 2010 : Énerfin vient de déposer auprès de la ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP), madame Line Beauchamp, sa proposition finale d’implantation du projet éolien dans l’Érable. Le Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA) qualifie cette proposition de tentative désespérée du promoteur pour jeter de la poudre aux yeux du conseil des ministres alors que le projet souffre d’inacceptabilité sociale chronique. (...) Ça ne change en rien les impacts négatifs multiples du projet dont une altération majeure du paysage, une dévaluation marchande des propriétés catastrophique, une qualité de vie sérieusement amputée, en plus de piger dans la poche des contribuables pour subventionner le projet à coup de dizaines de millions par année. (...) Le RDDA, qui compte maintenant 500 membres dûment enregistrés, s’inquiète des actions antidémocratiques et irrespectueuses des promoteurs du projet qui ne font qu’envenimer une situation déjà très tendue. Le RDDA insiste auprès des instances gouvernementales sur la nécessité d’abandonner ou de relocaliser en milieu non habité le projet éolien de l’Érable pour enfin libérer les communautés touchées, durement éprouvées depuis deux ans.


 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Énergie éolienne : Nationaliser pour mieux développer

 

Thedford Mines,  Alors qu'un groupe de 500 personnes continue à s'opposer au projet Éoliennes de l'Érable à Saint-Ferdinand, Sainte-Sophie-d'Halifax et Saint-Pierre-Bap­tiste, entre Plessisville et Thetford Mines, le directeur général de la société espagnole Enerfin, de passage au Québec, dit vouloir faire du projet de 420 millions $ un exemple à suivre. (...) Le Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA), opposé au projet d'Enerfin, demeure cependant sceptique quant à cette démarche de médiation. «Pourquoi une telle résolution à ce moment-ci alors que la population souffre depuis près de deux ans? [...] On tente d'influencer le Conseil des ministres en se donnant belle figure et on réagit aux propos du ministre des Affaires municipales qui a refusé de donner son appui au projet, malgré la pression des maires, parce qu'il y a un problème d'acceptabilité sociale», déclarait le porte-parole du RDDA, l'ex-candidat du Parti vert Claude Charron, par voie de communiqué. Cyberpresse (Le Soleil), le 9 juin 2010.


 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Énergie éolienne : Nationaliser pour mieux développer

 

Des 4000 MW d'énergie éolienne qui doivent être développés d'ici 2015, seulement 657 alimentent le réseau d'Hydro-Québec depuis l'annonce de ce virage vert par le gouvernement Charest en 2006. D'avis qu'une nationalisation de ce secteur permettrait une meilleure concertation avec la population et éviterait l'abandon de projets, le conseil de la CSN en Montérégie a discuté de la question avec deux experts, lors de son congrès triennal qui se tenait à Granby, cette semaine.


(...)
Plusieurs projets éoliens approuvés par le gouvernement n'ont jamais pu voir le jour parce que la population touchée n'avait pas été impliquée dans le processus de décision. (...) «Souvent, c'est le maire seul qui veut répondre à l'appel d'offres, puis qui tente de convaincre le conseil municipal, puis en informe ensuite la population. Mais, consulter, ce n'est pas informer», note-t-elle. (...)  La Voix de l'Est, 30 mai 2010.
 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Communiqué 22 mai 2010 : PROJET ÉOLIEN DE L’ÉRABLE : LA CPTAQ déçoit le RDDA

 

Le Regroupement pour le Développement Durable des Appalaches (RDDA) est déçu par l’avis de modification de l’orientation préliminaire rendu public par la commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ). Cet avis autorise une dérogation supplémentaire de plusieurs hectares pour des chemins d’accès, l’implantation d’éoliennes et le bâtiment « Étoile de l’Érable ».


(...) Il est dommage que la CPTAQ autorise un dézonage à des fins industrielles en milieu habité à une compagnie étrangère, locataire de terrains, modifiant le paysage de façon importante et altérant de façon négative la vie et le milieu de vie des résidants, créant du même coup un effet de répulsion à l’établissement. (...)
 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Communiqué 20 mai 2010 : Projet éolien de l’Érable: La CPTAQ fidèle à sa réputation

 

Le RDDA cite la CPTAQ : » La responsabilité de la Commission est d’appliquer la loi sur la protection du territoire agricole, elle n’a pas à juger de la pertinence du projet éolien, pas plus qu’elle ne peut étudier les conséquences du projet sur le paysage ou la qualité de vie des résidants ou sur l’environnement en général, ces questions n ‘étant pas de sa responsabilité ». De plus, la CPTAQ souligne que la loi sur la protection du territoire agricole n’est pas assujettie à la Loi sur le développement durable, une grave lacune selon le RDDA.


La CPTAQ cite l’appui de l’UPA alors que les membres des syndicats de base de l’UPA de Plessisville et de St-Ferdinand n’ont jamais accordé leur appui, l’UPA de Plessisville exerçant une obstruction systématique pour empêcher la tenue d’un vote sur le projet.
 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Communiqué 18 mai 2010 : Projet éolien de l’Érable et ligne de transmission de 120 kV : Les membres de l’UPA de Plessisville menottés depuis le 16 mars 2010.

 

(...)Pourtant c’est depuis le 16 mars 2010 que tous les membres directement touchés par la ligne électrique rattachée au projet éolien de l’Érable lui ont fait savoir, en déposant une pétition de 208 signataires, qu’ils ne voulaient aucune ligne de transmission d’énergie éolienne sur leurs terres et qu’il était urgent que leur syndicat intervienne dans ce dossier.


La direction de l’UPA de Plessisville bafoue en toute impunité ses propres règlements à la base de tout processus démocratique, soit la tenue d’un vote libre. En tentant ainsi d’influencer la décision ministérielle concernant le projet éolien de l’Érable et la ligne de transmission qui sous-tend le projet, le président et le conseil d’administration du syndicat de Plessisville s’exposent à des poursuites judiciaires.
 

 LIRE LA SUITE

 

 

Intégrale de l'intervention de Sylvain Gaudreault, député de Jonquière (PQ), à l'Assemblée nationale le 11 mai dernier

 

M. Gaudreault: Oui. Merci, M. le Président. Le 30 avril, le BAPE déposait son rapport concernant le projet éolien de la MRC de L'Érable. Les conclusions sont sans équivoque, M. le Président: l'acceptabilité sociale est déficiente; les prix de l'énergie sont trop élevés; la Loi sur le développement durable n'est pas respectée. Bref, c'est un autre projet manqué. (...) En octobre, la ministre s'est engagée à ne pas enfoncer, dans la gorge des citoyens, des projets dont ils ne veulent pas. Or, la ministre sait très bien, elle sait très bien que dans ce dossier on est très, très loin d'un consensus favorable au projet. Est-ce que la ministre va enfin renoncer au projet de la MRC de L'Érable? (...)


 LIRE LA SUITE

 

Projet de développement éolien de l'Érable - «Un vent de changement doit se lever sur le Québec dans l'éolien» - Amir Khadir

 

QUÉBEC, le 6 mai /CNW Telbec/ - Dans une déclaration en chambre, le député de Mercier a salué la qualité et la persévérance du travail du Réseau pour le développement durable des Appalaches (RDDA) et de l'ensemble des citoyens qui se sont battus et se battent encore contre des moulins à vent qui menacent leur qualité de vie. Il invite également les élus locaux, les ministres Nathalie Normandeau, Laurent Lessard et Line Beauchamp à écouter les recommandations du BAPE et à rencontrer les représentants du RDDA.


 LIRE LA SUITE

 

 

Parc éolien dans la MRC de l'Érable : La voix du peuple doit d'abord être entendue

 

Un rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) publié il y a quelques jours recommande une révision des règles actuelles de consultations publiques pour permettre aux citoyens de faire valoir leur point de vue sur la construction de parcs d'éoliennes en amont de l'audience publique réglementaire. Le Devoir, Actualités sur l'environnement, Louis-Gilles Francoeur, 6 mai 2010.


 LIRE LA SUITE

 

 

Wind power generates turbulence: Project lacks 'local input'; Review agency doubts benefits to economy of central Quebec

 

The report by the Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) said the 50 wind turbines, which are 138 metres tall, would affect residents' living environment by altering the landscape and replacing nature's soundtrack with the swishing of blades. Participation of communities in the planning and decision-making process constitute a key factor in whether or not to permit the building of a wind project, particularly in an inhabited area," it said. The promoter has taken the risk of implanting its project in an inhabited rural area without involving the public from the first planning stages," it added. (...) Séguin added that with the BAPE report, Natural Resources Minister Nathalie Normandeau has all the information she needs to cancel the project. The Montreal Gazette, May 4th., 2010.

.
 LIRE LA SUITE

 

 

Du plomb dans les ailes des éoliennes

 

(SAINT-FERDINAND) La commissaire du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) Lucie Bigué n'y est pas allée de main morte avec le projet de parc éolien dans la MRC de l'Érable. Dans un rapport de 158 pages rendu public hier, elle a indiqué que les promoteurs ne s'y étaient pas pris de façon convenable afin de favoriser l'acceptation sociale du projet. Yannick Poisson, La Tribune, 3 mai 2010.

.
 LIRE LA SUITE

 

 

Le rapport confirme que le projet est inacceptable selon le RDDA

 

Au terme de son analyse, la commission d’enquête conclut que sur le plan social le projet fait l’objet d’une controverse. Le conflit issu du projet a été à la source d’une dégradation du climat social et d’un déchirement dans la communauté, non seulement dans les municipalités de Saint-Ferdinand, Sainte-Sophie et Saint-Pierre-Baptiste où 50 éoliennes industrielles sont prévues, mais aussi dans les municipalités voisines! «C’est exactement l’opposé d’un large consensus qu’évoque la ministre, Nathalie Normandeau, pour accepter de tels projets». La Nouvelle, 4 mai 2010.


 LIRE LA SUITE

 

 

Assemblée de fondation du RDDA

 

C’est dans l’enthousiasme qu’une centaine de résidents de St-Ferdinand, Ste-Sophie, St-Pierre-Baptiste et des municipalités voisines, touchés par le projet d’implantation d’une centrale de 50 éoliennes industrielles sur leur territoire, se sont rassemblés dimanche 18 avril à Vianney (St-Ferdinand) pour la fondation du Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA). Depuis sa création il y a un an, le RDDA s’est surtout appliqué à mener ses actions pour contrer ce projet inacceptable. Le temps était venu de se doter d’une structure légale réunissant ses membres et chapeautant ses pratiques d’intervention rapides et efficaces. La Nouvelle 23 avril 2010.


 LIRE LA SUITE

 

 

Communiqué du 22 avril 2010 : Assemblée de fondation du RDDA.

 

St-Ferdinand, 9 avril 2010 : C’est dans l’enthousiasme qu’une centaine de résidents de St-Ferdinand, Ste-Sophie, St-Pierre-Baptiste et des municipalités voisines, touchés par le projet d’implantation d’une centrale de 50 éoliennes industrielles sur leur territoire, se sont rassemblés dimanche 18 avril à Vianney (St-Ferdinand) pour la fondation du Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA). Depuis sa création il y a un an, le RDDA s’est surtout appliqué à mener ses actions pour contrer ce projet inacceptable. Le temps était venu de se doter d’une structure légale réunissant ses membres et chapeautant ses pratiques d’intervention rapides et efficaces.


 LIRE LA SUITE

 

 

Alain Dubuc: Les moulins à vent. La Presse, 21 avril 2010.

 

(...)Dans sa chronique d'hier, Pierre Foglia parlait des promoteurs qui rôdent pas loin de chez lui pour planter dans le paysage des éoliennes dont les gens ne veulent pas. C'est ce qui m'a donné l'idée d'écrire celle-ci. À qui la faute? D'où vient la fièvre éolienne? C'est une espèce d'élan collectif, amorcé par un rêve écologiste, repris par un gouvernement qui voulait se verdir, sous les applaudissements d'une population séduite par une énergie propre et sans douleur. Quelques années plus tard, le rêve a frappé deux murs.


Le premier, c'est celui du réel. Un parc d'éoliennes, c'est gros, c'est bruyant, ça magane le paysage. L'idée, si charmante vue du Plateau, l'est beaucoup moins quand ça arrive près de chez vous. Les mouvements d'opposition aux éoliennes ne sont pas des batailles téléguidées par des militants environnementaux. Mais un réflexe des gens pour préserver leur qualité de vie.

L'autre mur est économique. L'éolien est propre, n'émet pas de GES, mais c'est irrégulier: pas de vent, pas de mégawatts. Il faut donc d'autres formes d'énergies pour compenser, ce qui limite sa place dans un réseau. Et surtout, c'est assez cher. (...)

 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Pierre Foglia : La religion commune. La presse, 20 avril 2010.

 

(...)Il y a deux ans, des développeurs éoliens sont venus dans la plaine de Notre-Dame-de-Stanbridge, ont fait semblant de reculer devant la levée citoyenne de boucliers, mais les revoilà. T'appelles ça comment, une idéologie? Une stratégie? On laisse les citoyens s'épuiser dans une première lutte, puis on revient?

Les gens de l'arrière-pays de Bedford ne se battent pas au nom d'une idéologie. Ils ne se réclament même pas de l'écologie. Des phrases comme «le développement durable doit être la réconciliation de l'économie et de l'environnement» s'écrivent bien dans un bureau de prof, beau concept, mais t'as déjà entendu de bruit que ça fait, ces machins-là? Toute la journée, toute la nuit, le dimanche et le samedi aussi? Non, ce n'est pas prouvé que ça rende malade. Mais se peut-il que cela rende fou?

Je ne te parle pas non plus du Paysage avec un grand «P», je te parle d'être assis sur ta galerie et d'avoir ce machin de plus de 100 mètres de haut dans la face, ton espace plein de pales qui tournent, ta maison qui valait 300 000 $ n'en vaut même pas la moitié, c'est de l'idéologie ça?

C'est étrange, n'importe qui dans ce pays peut obtenir un accommodement plus ou moins raisonnable au nom de sa religion, mais dans le même temps, n'importe quel petit développeur de merde peut écoeurer le nombre de citoyens qu'il veut, cent, mille, sans qu'ils aient le moindre recours et cela au nom de la religion commune. Mais non, pas le catholicisme. L'économie.

 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Hydro-Québec: le pari risqué des exportations.

 

(...)Mais qu'il soit à 7 cents ou à 4,5 cents, le prix de l'électricité exportée reste inférieur aux 10 cents qu'elle coûte à produire, souligne Jean-Thomas Bernard. «Ça n'est pas rentable de développer des projets pour l'exportation», conclut-il. Selon lui, c'est comme si les Québécois subventionnaient les acheteurs du Vermont en payant eux-mêmes une partie de l'électricité qu'ils leur vendront pendant 26 ans.

En 2009, Hydro-Québec a obtenu un prix moyen de 6,8 cents par kilowattheure exporté. Ce prix lui permet de dire que ses exportations sont rentables, parce que son coût moyen de production est très bas, soit autour de 2 cents le kilowattheure produit par ses anciennes centrales. N'importe quel prix de vente supérieur à 3 ou 4 cents peut donc être considéré comme un profit net, sur la base du coût moyen de production. Mais aucune entreprise privée ne vendrait sa production au coût moyen, à moins de vouloir s'appauvrir plutôt que s'enrichir. (...)

 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Le Québec doit-il abandonner l’éolien?

 

(...)Nous sommes aujourd’hui dans la situation suivante. Le prix de l’énergie éolienne se situe au-dessus des 0,11$. L’Ontario vient d’ailleurs d’offrir entre 13 et 15 cents/kwh aux producteurs privés qui lui donneront ses premiers champs à hélice. Pendant ce temps, le prix de l’électricité sur le marché nord américain est autour de 5,5 cents/kwh. Et nous nageons dans des surplus que l’on ne peut pas vendre. En fait, nous avons même une centrale au gaz de 550 MW à Bécancour, qui ne produit pas, mais qui coûte annuellement 150 M$ en indemnités compensatoires.On le voit, chaque fois que des pâles d’éoliennes se mettront à tourner dans les prochains mois et prochaines années, Hydro mangera de l’argent. Nous achetons de l’électricité que l’on ne peut revendre, et même si on le pouvait, elle coûterait plus chère que ce qu’on en obtiendrait. (...)

 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Le dossier éolien rebondit à nouveau au conseil des maires:

 

Plessisville, le 15 avril 2010 (...) Le dossier éolien rebondit à nouveau au conseil des maires
«Tout a été dit au BAPE» a répondu le préfet de la MRC de l’Érable, Donald Langlois, aux quelques opposants du projet éolien de l’Érable qui se sont présentés, hier soir, à la réunion publique du conseil des maires tenue à Plessisville. Interrogé sur l’enveloppe globale de 440 000 $ sur trois ans signée par la MRC et les municipalités de Saint-Pierre-Baptiste, Sainte-Sophie-d’Halifax et Saint-Pierre-Baptiste avec la société Enerfin, le préfet n’avait pas entre les mains le montant exact dépensé jusqu’à maintenant, mais a souligné que des fonds avaient été engagés pour l’embauche d’un coordonnateur du projet». Celui-ci a promis de revenir avec des chiffres plus précis lors d’une autre assemblée. (...) M. Langlois a mis fin aux discussions lorsque le ton est monté de la part de certains opposants toujours insatisfaits des réponses offertes notamment quand est venu sur le tapis la possibilité d’avoir du financement du gouvernement pour les MRC pour l’étude de mines de gaz alors qu’on envisage de ne faire aucune demande pour l’étude des éoliennes. (...)
 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Communiqué 9 avril 2010 : Projet éolien de L’Érable: UN VÉRITABLE SCANDALE FINANCIER!:

 

(...)À ce prix, chaque emploi permanent de l’Érable coûtera aux contribuables québécois par année $ 1,16 million !


« Non seulement ce projet éolien divise la communauté visée comme nul autre projet auparavant, va affecter la santé des résidants, détruire leurs paysages et rompre leur tranquillité sonore, mais il coûtera très cher aux contribuables du Québec » de conclure Michel Vachon porte-parole du Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA).
 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Énergie éolienne: une aide inutile de Québec?

 

Montréal, 7 avril 2010 : Même si la crise financière est finie et que l'offre de crédit revient à la normale, le gouvernement du Québec offre aux promoteurs de parcs éoliens un coup de main pour les aider à financer leurs projets. Cette aide de 30 millions de dollars annoncée dans le dernier budget a été bien accueillie par les promoteurs éoliens, mais elle risque de ne pas être nécessaire, parce que les conditions de financement se sont améliorées. (...)
Des problèmes de financement sont quand même apparus, notamment avec les soumissionnaires du premier appel d'offres, précise Jean-François Samray, président de l'Association québécoise des producteurs d'énergie renouvelable. Le prix moyen payé par Hydro-Québec, à 6,5 cents le kilowattheure, est beaucoup plus bas que le prix moyen du deuxième, à 10,5 cents, a-t-il expliqué. La crise financière, survenue après la signature des contrats, a fait mal, selon lui. C'est la raison pour laquelle des promoteurs ont fait des démarches auprès du gouvernement, qui les a entendus.(...)
.
 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

Communiqué 6 avril 2010 : L’éolien industriel: 80 députés de l’Assemblée nationale française protègent les parcs régionaux de l’industrie éolienne

 

Massif du Sud, 2 avril 2010 : Nous apprenons que 80 députés de l’Assemblé nationale française ont obtenu un gel du développement de l’éolien industriel dans les parcs naturels, ce qui au Québec correspond aux parcs régionaux, lesquels n’ont pas de statut de protection particulier. Cette lutte est importante pour les Français car selon Jean-Louis Butré, président de la Fédération environnement durable (FED), organisme français qui regroupe des centaines de groupes locaux :
« Aujourd’hui la bataille de l’éolien industriel divise les citoyens et la fracture récente reconnue par la commission parlementaire le confirme. (...)

 

 LIRE LA SUITE

 

 

Communiqué 30 mars 2010 : Projet éolien de L’Érable : Le CLD incapable de répondre aux questions

 

(...)Le RDDA exige le retrait immédiat de tout projet éolien industriel en milieu habité ( Parc des Moulins, Massif du Sud, etc.) ainsi que le projet éolien de l’Érable qui prévoit l’implantation de 50 turbines géantes sur les crêtes des montagnes de St-Ferdinand et Ste-Sophie assorti d’une ligne de transmission de 13 km comprenant 50 pylônes sur les plus belles terres du Québec. Ce projet représente un net recul social, patrimonial, environnemental, économique et humain non seulement pour les communautés sises dans la MRC de l’Érable mais pour tout le Québec.
 

 LIRE LA SUITE

 

 

Les cétacés menacés par les éoliennes offshore en mer Baltique

 

Allemagne, lundi 22 mars 2010 : Les champs d'éoliennes offshore menacent les cétacés de la mer Baltique, en raison de la pollution sonore qu'ils génèrent, ont indiqué, lundi, des spécialistes des baleines réunis en Allemagne. «Il existe des méthodes pour réduire ce bruit. C'est bien sûr coûteux, mais cela permet de réduire considérablement le volume sonore des installations d'éoliennes, qui menaceraient donc moins cette population» de cétacés, a indiqué Harald Benke, directeur du musée allemand de la mer. (...)
 

 LIRE LA SUITE

 

 

Communiqué Projet éolien de l’Érable : un non catégorique à la ligne de transport d’Hydro-Québec.

 

Plessisville, 16 mars 2010 : Le projet d’Hydro-Québec d’implanter une ligne électrique de 120 kV de Ste-Sophie à Plessisville, sur une longueur de 13 km a vivement été contesté par les propriétaires touchés par le tracé. D’entrée de jeu, Yvon Bourque, propriétaire de Ste-Sophie, a remis à l’agent de communication d’Hydro-Québec, une pétition indiquant le refus clair de toute ligne électrique. Cette pétition signée par 207 résidents de Ste-Sophie et Plessisville représente 95 % de tous les propriétaires directement concernés par l’hypothétique ligne électrique! (...)
 

 LIRE LA SUITE

 

 

La Cour Suprême oblige Endesa à déplacer son parc éolien pour ne pas nuire à un gîte touristique: Le jugement stipule que les éoliennes devront être situées à deux kilomètres de l’établissement.

 

(...) La Cour Suprême a rendu une décision qui oblige l’entreprise Endesa à modifier son projet de deux parcs éoliens à Paradela (Lugo), en considérant l’impact généré sur le milieu habité et la nuisance considérable des éoliennes sur les activités d’un gîte touristique en milieu rural. Le jugement ratifie une décision du Tribunal Supérieur de la Justice de Galicie de 2007, portée en appel par l’entreprise Endesa, qui obligeait la dite compagnie à relocaliser ses turbines à une distance de deux kilomètres de l’établissement touristique au lieu des 500 mètres projetés. (...)
 

 LIRE LA SUITE

 

 

La face cachée de l’éolien.

 

Investor’s Business Daily, 12 mars 2010 : Scandale : L’Espagne en 2009 s’est fait le théâtre des absurdités de l’énergie éolienne jetant le discrédit sur cette filière si chère à l’administration Obama. Les chercheurs espagnols de l’Université Rey Juan Carlos ont démontré que chaque « emploi vert » créé dans l’éolien contribue à éliminer 4.27 emplois ailleurs dans l’économie espagnole. (...)
 

 LIRE LA SUITE

 

 

 

MRC de l'Érable: La démission du préfet réclamée.

 

Des opposants au projet de parc éolien à Saint-Ferdinand réclament la démission du préfet de la MRC de l'Érable et maire de Saint-Ferdinand, Donald Langlois, qu'ils accusent de s'être placé en conflit d'intérêts. (...) Radio-Canada, 11 mars 2010.
 

 LIRE LA SUITE

 

Voir aussi : http://www.lanouvelle.net/article-439526-Le-RDDA-exige-le-depart-du-prefet-de-la-MRC-de-lErable.html

 

 

Communiqué 11 mars 2010 : Projet éolien de L’Érable : le RDDA exige le départ du préfet de la MRC de l’Érable!

 

(...) Organisée par le Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA), l’intervention citoyenne s’est déroulée dans le plus grand calme. La tension était à son comble alors que des représentants de l’organisme ont lu une déclaration « coup de poing » à l’endroit de Donald Langlois; une chronique des faits reprochés depuis le début du processus en 2005 (pour consulter le document complet des faits reprochés lors de cette demande de démission, cliquez ici). (...)
 

 LIRE LA SUITE

 

 

Communiqué 10 mars 2010 : Projet éolien de L’Érable : la santé des résidents inquiète Québec!

 

(...) Le journal local L’Avenir a publié récemment les témoignages de résidents de Ste-Sophie qui craignent de voir leur paysage détruit, leur tranquillité perturbée, leur santé menacée, leur propriété grandement dévaluée et leur milieu de vie complètement bouleversé par l’implantation du parc industriel éolien. Un grand nombre de citoyens vivent un véritable cauchemar depuis l’annonce en mai 2008, par la société Hydro-Québec, du projet éolien de L’Érable visant à implanter 50 turbines géantes de 460 pieds de hauteur sur les crêtes des montagnes jouxtant leurs résidences. (...)
 

 LIRE LA SUITE

 

 

La santé des résidants inquiète Québec
 

Le ministère des Affaires sociales du Québec est inquiet de la détérioration de la santé physique et psychologique des résidants de Saint-Ferdinand et Sainte-Sophie qui auront à vivre à proximité du parc éolien industriel si le projet devait voir le jour. La Nouvelle, 8 mars 2010.
 

 LIRE LA SUITE

 

 

Parc éolien dans la MRC de l'Érable: Le projet franchit une étape
 

Le projet de parc éolien dans la municipalité régionale de comté (MRC) de l'Érable fait un pas de plus vers sa réalisation. La société Enerfin a obtenu l'aval de la Commission de la protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) pour ériger des éoliennes sur des terres agricoles. (...) Selon Claude Charron et Michel Vachon, un autre détracteur du projet, la majorité des gens de la région ne veulent pas des retombées financières de ce projet de parc éolien. Pour appuyer leurs dires, ils font référence aux quelque 200 mémoires déposés en décembre dernier devant le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). ls ajoutent que plusieurs études démontrent les effets dévastateurs de ce type de projet. « Les résidences situées dans le coeur du projet éolien vont subir des dévaluations foncières qui pourraient aller jusqu'à 30 % », affirme Michel Vachon. Le BAPE doit quant à lui déposer son rapport d'ici le 2 mars.

Radio-Canada, vendredi 29 janvier 2010.
 

 LIRE LA SUITE

dans cyberpresse

dans la nouvelle

 

«C’est comme un film d’horreur qui se poursuit»
En plus de voir 23 éoliennes, voilà la ligne à 120 kV qui s’en mêle…
 

(...) «On s’en doutait bien, mais il reste que ce n’est pas humain de nous faire ça. C’est comme un film d’horreur qui se poursuit», de lancer Mme Payeur-Bourque complètement dévastée par la tournure des événements. «Nous n’en dormons plus et notre santé en est affectée». (...) Pour le couple, leur seul espoir semble maintenant reposer entre les mains de la ministre. «Nous espérons qu’elle respectera l’engagement de son gouvernement en matière d’acceptation sociale», de laisser entendre Mme Payeur et M. Bourque désabusés.
 

 LIRE LA SUITE

 

 

Une soixantaine de citoyens manifestent à Sainte-Sophie-d’Halifax

 

Le Regroupement pour le développement durable des Appalaches (RDDA) a profité de la soirée d’information-consultation «portes ouvertes» d’Hydro-Québec pour formellement demander à la Société d’État de respecter la population locale dans sa présentation des tracés de la ligne électrique et de tenir compte de la très forte inacceptabilité sociale face au projet éolien, et en conséquence, de ne pas évoquer cette ligne comme un fait accompli puisque cette ligne est conditionnelle à un décret gouvernemental favorable au projet éolien de L’Érable.

 

 LIRE LA SUITE

 

 

Communiqué 8 janvier 2010 : Projet éolien de L’Érable : 88 % des mémoires rejettent le projet!

 

(...) Le BAPE a reçu au total 248 mémoires, du jamais vu, la moyenne pour les projets éoliens se situant à 29 mémoires! Et 88 % de ces mémoires, soit 218, rejettent le projet éolien. (...) Ils ont dénoncé l’absence d’information et de consultation de la population au cours de l’élaboration du projet, pourtant étapes incontournables selon les différentes règlementations gouvernementales. (...) Les 13 mémoires favorables au projet et présentés verbalement durant les audiences proviennent majoritairement des élus, des employés de la MRC, de l’UPA, ou du représentant des propriétaires, bref « par ceux qui ont élaboré le projet en l’absence de la population concernée et qui y voient une manne illusoire et non les pertes réelles ». (...)
 

 LIRE LA SUITE

 

 

Cliquez ici pour la
Revue de Presse 2009